Read PowerPoint Presentation text version

Flore bactérienne commensale

Sabrina HERBIN

Flore commensale

· flore normale = bactéries normalement présentes sur la peau et les muqueuses des sujets sains · caractéristique de chaque espèce animale · composition précise est impossible à déterminer (nombreuses espèces anaérobies, non cultivables) · acquise à la naissance · dépendante de facteurs tel que l'alimentation, l'environnement · est en équilibre avec l'organisme

Flore commensale

· rôle important dans le contrôle des infections et la régulation de l'immunité · participe au maintien de la santé => ex : flore intestinale : - synthétise vit K - aide à l'absorption des aliments - prévient par son équilibre la prolifération de bactéries commensales potentiellement dangereuses - gêne la colonisation par des bactéries pathogènes

Staphylocoques

Flore cutanée

Corynébactéries

Bacillus

S.aureus

Flore cutanée

Flore résidente : · Staphylocoques à coagulase négative ( S.epidermidis, S.hominis, S.haemolyticus, S.capitis, S.auricularis) · Corynébactéries diverses · Propionibacterium acnes · Acinetobacter spp. Flore transitoire : germes potentiellement pathogène provenant du TD ou

du rhinopharynx

· Entérobactéries · S.aureus ·Pseudomonas spp.

Sternum

Doigt

Arrière de l'oreille

Pli du coude

Flore cutanée

Densité :

102 à 105 bactéries/cm2

Toutes les régions du corps ne sont pas également colonisées : · aisselles, face interne des cuisses => riches en bactéries (104 bact/cm2) · région du périnée riche en bactéries (origine digestive) · pli du coude, sternum, abdomen = > peu colonisés (102 bact/cm2) · mains portent souvent une flore transitoire

Flore cutanée du nouveau-né

· foetus : stérile · rupture des membranes : contamination par la flore microbienne vaginale · grandes différences quantitatives et qualitatives suivant : le mode de naissance (voies naturelles/césarienne) les soins portés à l'enfant (asepsie, antibiothérapie)

Flore cutanée du nouveau-né

· à la naissance : cordon et peau avoisinante : colonisé par Staphylocoques (S.epidermidis, S.aureus). On isole aussi : entérobactéries, entérocoques, P.aeruginosa... autres territoires cutanés : peu colonisé (30 à 50 bact/cm2) surtout des bactéries aérobies

· après 48h : ex : crâne, aisselle, aine : 5.102 à 1.104 bact/cm2 · après 6 semaines : sur les mêmes territoires : 1 à 3.105 bact/cm2 S.epidermidis : espèce la plus abondante

Flore cutanée du nouveau-né prématuré

Le nouveau-né prématuré est placé dans un environnement protégé Malgré ces protections : 5éme ­6ème jour de vie : 103 à 106 bact/mL Zones les + riches : ombilic, plis cutanés, fesses, plante des pieds Risque de septicémies liées à la colonisation puis l'infection des cathéters ombilicaux et périphériques : S. coag ­ (79% des échantillons) : S.epidermidis, S.hominis, S.warneri, S.haemolyticus moins retrouvés : S.aureus, Corynebacterium spp., Propionibacterium spp, entérobactéries au niveau du cordon

Nez

· Staphylocoques coagulase négative · S.aureus · Corynébactéries diverses · Moraxella catarrhalis ·Haemophilus influenzae flore cutanée + Bactéries du nasopharynx

Salive

Flore polymorphe Majorité de gram + Quelques bacilles gram -

Gorge

Flore oropharyngée :

· Streptocoques oraux (dont pneumocoque) · Neisseria (sauf méningocoque et gonocoque) · Staphylocoques · Haemophilus · Entérobactéries · Moraxella catarrahlis · Corynébactéries · Acinetobacter · Lactobacilles · Anaérobie stricts ( Veillonella, Fusobacterium, Bacteroïdes, Actinomyces)

Trachée : flore minime, activement combattu par le mucus,

les cils, les macrophages...

Arbre respiratoire inférieur : stérile

Flore fécale

Gram + : 30-40% Gram - : 60-70%

Estomac : acidité gastrique => flore quasi inexistante Intestin grêle : péristaltisme, abondance des sécrétions => flore pauvre · Variation quantitative: duodénum 103-104 bact/g

jéjunum 104-106 bact/g iléon 106-108 bact/g · Variation qualitative : diminution progressive des bactéries aérobies au profit des bactéries anaérobies strictes.

Côlon : transit très ralenti => stase => augmentation importante de la population

bactérienne (109-1011 bact/g) => 99% d'anaérobies strictes

Flore intestinale

Intestin grêle : Streptocoques, Staphylocoques, Lactobacilles Côlon : flore fécale seule à pouvoir être étudiée facilement a une composition proche de la flore colique 1012 bactéries/g · Flore dominante (109-1011): exclusivement anaérobie ( Bactéroïdes, Prevotella, Bifidobacterium, Fusobacterium, Eubacterium, Peptostreptococcus, Clostridium) · Flore sous-dominante (106-108) : E.coli ,Entérocoques, Streptocoques, Lactobacilles · Flore en transit ( 105-106) : Staphylocoques, divers Bacillus, Pseudomonas,entérobactéries autres que E.coli, Candida.

Etablissement de la flore intestinale

· à la naissance : TD stérile · au bout de 48h : 109-1011 bact/g dans le côlon => TD colonisé par les bactéries de l'environnement direct · nourrisson : prédominance de Bifidobacterium => nourris au sein prédominance de Lactobacillus (allaitement artificiel) · 1 à 4 ans : diversification alimentaire => modification progressive de la flore vers la flore adulte

Flore Vaginale

Flore vaginale

Chez la femme adulte : Bactéries commensales sans pouvoir pathogène Lactobacillus Corynebacterium Neisseria autre que

gonorrhoeae

Staphylocoques non aureus

Bactéries commensales pouvant être pathogènes Candida albicans Gardnerella vaginalis Mobilincus spp. Anaérobies stricts Entérobactéries Mycoplasma S.aureus Streptococcus spp.

Flore vaginale

Composition microbiologique est sous l'influence de nombreux facteurs : · âge · grossesse · contraception · conditions hygiéniques · activité sexuelle · prise de médicaments · stress...

Flore vaginale

Modifications en fonction de l'âge : · chez foetus : flore inexistante · dès la naissance : vagin colonisé par des micro-organismes en provenance des fécès et de son entourage direct (mains de la mère, du personnel soignant...) · 6 premières semaines de vie : flore vaginale comparable à celle d'une adulte (Lactobacilles) car imprégnation par les oestrogènes maternels

Flore vaginale

· enfance : imprégnation oestrogénique nulle => flore constituée de micro-organismes d'origine cutanée et fécale (colibacilles, staphylocoques...) · puberté : colonisation progressive par la flore normale adulte (lactobacilles, germes anaérobies...) · après la ménopause : flore s'appauvrit, persistance en faible quantité de Lactobacilles.

Flore vaginale

Chez la femme adulte : Lactobacilles sécréteur de peroxyde d'hydrogène (H2O2) ou bacilles de Döderlein

· 108-109 bact/g de sécrétion vaginale · indispensable à l'équilibre écologique du vagin : hydrolyse le glycogène contenu dans les cellules vaginales en acide lactique => maintien du pH vaginal entre 3.8 et 4.5

Flore vaginale

· ils entrent en compétition avec le Candida, consommateur de glycogène, et limitent ainsi leur prolifération · ils se fixent sur des sites cellulaires vaginaux, les rendant indisponible pour certains micro-organismes pathogènes · H2O2 inhibe la croissance de certaine bactéries (Gardnerella vaginalis, Neisseria gonorrhoeae).

Conclusion

· De nombreuses bactéries sont normalement présentes sur la peau et les muqueuses des sujets sains. · Evolution au cours de la vie · 4 flores principales : - flore cutanée, - flore respiratoire, - flore génitale, - flore digestive

Flore cutanée

Flore oropharyngée

Flore fécale

Flore vaginale

Information

PowerPoint Presentation

28 pages

Find more like this

Report File (DMCA)

Our content is added by our users. We aim to remove reported files within 1 working day. Please use this link to notify us:

Report this file as copyright or inappropriate

190295