Read le_role_propre_infirmier text version

LE RÔLE PROPRE INFIRMIER

L'ensemble des dispositions relatives à l'exercice de la profession est inclus dans le code de la santé publique (CSP).

Les articles R 4311-1 à R 4311-5 du code de la santé publique stipulent : Article R. 4311-3 : « Relèvent du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière les soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d'autonomie d'une personne ou d'un groupe de personnes. Dans ce cadre, l'infirmier ou l'infirmière a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaires conformément aux dispositions des articles R. 4311-5 et R. 4311-6 . Il identifie les besoins de la personne , pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins , met en oeuvre les actions appropriées et les évalue . Il peut élaborer, avec la participation des membres de l'équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative . Il est chargé de la conception, de l'utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers . »

Définition

Le rôle propre infirmier désigne communément les actes de soins infirmiers qu' un infirmier peut mettre en oeuvre de façon autonome dans le cadre de son activité professionnelle. Le rôle propre de l'infirmier est de considérer la personne dans sa globalité - en tant qu''être bio-psycho-socio-spirituel - et d'accompagner cet être pour lui proposer une aide professionnelle qui lui permettra de conserver ou de retrouver la santé dans toutes ces dimensions. le cadre législatif et déontologique fixe les limites de l'autonomie de l'infirmier. La démarche de soins infirmiers (DSI) est un raisonnement qui emploie la démarche intellectuelle de résolution des problèmes. C'est une théorie déductive. Elle est un processus décisionnel par lequel l'infirmier détermine, met en oeuvre et évalue les actions relevant de son rôle propre dans le cadre d'un contrat de soins avec la personne » Le cheminement décisionnel étant:

Observation->Orientation->Décision-> Action On parle de boucle OODA.

L'infirmier sélectionne des données, les analyse, émet des hypothèses diagnostiques, les vérifie, intervient, évalue ses interventions et en planifie d'autres à venir. La démarche de soins infirmiers requiert un jugement clinique fondé sur la

pensée critique (ou pensée réflexive ) de l'infirmier. Cette pensée critique se compose d'une composante cognitive (les connaissances) et d'une composante affective. La DSI est influencée par la conception qu'a l'infirmier du monde et de la santé (on parle de vision paradigmatique ). Il existe trois courants paradigmatiques majeurs : - La catégorisation axée sur la pathologie (c'est le modèle biomédical), - L'interaction basée sur le bio-psycho-social en considérant la personne comme un individu à part entière (modèle de Virginia Henderson traité plus bas),

- Le paradigme de transformation qui considère la personne et sa famille comme un être unique au monde en interaction avec son environnement et l'univers plus largement.

La démarche de soins infirmiers se découpe en plusieurs étapes théoriques, qui sont : - Le recueil de données et l'analyse bio-psycho sociale - La recherche des antécédents médico-chirurgicaux et psychologiques de la personne - L'analyse des informations recueillies en vue de déterminer les problèmes de santé du patient (en regard des 14 besoins de Virginia HENDERSON). - La formulation d'objectifs de soins - La détermination des interventions infirmières avec une planification de soins - La mise en oeuvre des actions du plan de soins - L'évaluation (efficacité/ tolérance)

- Le réajustement.

Dans la pratique :

1- L'infirmier recueille les données : - Il détermine les dépendances réelles ou potentielles de la personne pour satisfaire ses besoins fondamentaux (respirer, boire, manger, dormir, se mouvoir, se protéger du froid, des agressions...) - Il détermine les causes de ces dépendances (qu'elles soient de type pathologique ou non) - Détermine les besoins de la personne avec sa participation, en fonction de sa maladie , de sa souffrance. 2- Les Interventions techniques : - Il élabore la démarche de soins infirmiers (DSI) avec pose d'un diagnostic infirmier prédominant - Pose des objectifs de soins en fonction du diagnostic infirmier retenu et des données médicales, constituant ainsi le projet de soins de la personne - Élabore des actes de soins, seul ou en collaboration avec l'équipe pluridisciplinaire, en accord avec la personne et en fonction de ses ressources. 9- L'Évaluation - C'est l'évaluation des résultats escomptés au fur et à mesure des soins donnés à la personne ; - Éventuellement, la réactualisation du projet de soins en fonction de l'atteinte ou non des résultats escomptés.

Les grandes Étapes du processus de DSI

Le processus de démarche de soins se rédige en trois étapes.

D/A/R (Données/Actions/Résultats)

-Les Données

Lors du recueil de Données, le professionnel se sert de la méthode QQQQCP

Cette méthode permet la collecte exhaustive et rigoureuse de données précises

en adoptant une démarche d'analyse critique constructive basée sur le questionnement systématique. L'hexamètre Mnémotechnique de Quintilien permettait de résumer une instruction criminelle en plantant au mieux les circonstances de l'affaire.

Les questions posées par Quintilien sont : " Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando ? " c'est-à-dire " Qui, quoi, où, par quels moyens, pourquoi, comment, quand ? ". Ainsi, l'hexamètre décrit les circonstances : Le fait, Le lieu, Les moyens, Les motifs, la manière Le temps. Il résume toute l'instruction criminelle : Quel est le coupable ? Quel est le crime ? Où l'a-t-on commis ? Par quels moyens ou avec quels complices ? Pourquoi ? De quelle manière ? À quel moment ?

Les actions

En deuxième lieu, la description et l'argumentation d'Actions pertinentes, qu'elles appartiennent au rôle propre ou au rôle médico-délégué. On parle de moyens mis en oeuvre, ou interventions.

exemple : rôle médico-délégué : Aspirer les sécrétions bronchiques. rôle propre : Rassurer. Surveiller les signes vitaux.

L'Évaluation

Les Résultats seront qualifiés de résultats atteints, inatteignables, à réévaluer ou non atteints.

Les résultats sont des objectifs de soins et s'énoncent sous forme de phrases personnalisées à la personne et à la situation, avec la notion de temps. On parle de résultats attendus, ou escomptés.

exemple : Monsieur X aura des voies aériennes suffisamment dégagées dès l'aspiration bronchique. Monsieur X sera rassuré de pouvoir mieux ventiler. Monsieur X présentera une saturation en oxygène supérieure à 90% d'ici cinq minutes.

Les principaux courants de pensées

Les 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson et la pyramide de Maslow

Lorsque Virginia Henderson (à l'époque infirmière) décrit quatorze besoins fondamentaux propres à l'Homme ; Abraham Maslow (psychologue humaniste) les classe en cinq niveaux à satisfaire pour atteindre ce qu'il nommera « l'accomplissement personnel ».

Selon le modèle de Virginia Henderson

Depuis 1947, les quatorze besoins fondamentaux représentent un modèle conceptuel en sciences humaines, notamment en soins infirmiers. Les besoins fondamentaux de l'être humain peuvent être classés selon une liste ordonnée que les professionnels de santé utilisent lors des soins aux personnes. Virginia Henderson établit son classement, par une approche à la fois biologique et physiologique (les besoins primaires), psychologique et sociale (les besoins secondaires), et même spirituelle (bien-être, besoin tertiaire, homéostasie et développement personnel). Le modèle de Virginia Henderson inclut la notion de satisfaction du besoin, c' est à dire la capacité de combler une perte, de maintenir ou d'améliorer un état. Toutefois, un besoin ne peut être atteint que si les besoins en amont sont déjà satisfaits. Cette vision schématique du fonctionnement et des besoins humains est un guide pour le soignant.

Classification des besoins

- Respirer : C'est la capacité d'une personne à maintenir un niveau d'échanges

gazeux suffisant et une bonne oxygénation. - Boire et manger : Capacité d'une personne à pouvoir boire ou manger, à mâcher et à déglutir. Également capacité à avoir faim et absorber suffisamment de nutriments pour capitaliser l'énergie nécessaire à son activité. - Éliminer : Capacité d'une personne à être autonome pour éliminer selles et urine et d'assurer son hygiène intime. Capacité d'éliminer les déchets du fonctionnement de l'organisme.

- Se mouvoir, conserver une bonne posture et maintenir une circulation sanguine adéquate : Capacité d'une personne à se déplacer seule ou avec des moyens mécaniques, d'aménager son domicile de façon adéquate (literie, barre d'appui,) -Dormir, se reposer : Capacité d'une personne à dormir et à se sentir reposée. De gérer sa fatigue et son potentiel d'énergie. - Se vêtir et se dévêtir : Capacité d'une personne de pouvoir s'habiller et se déshabiller, s'acheter des vêtements. Capacité de construire son identité physique et mentale. - Maintenir la température du corps dans des valeurs proches de la normale : Capacité d'une personne à ressentir le froid, la chaleur, à s'équiper en fonction de son environnement et d'en apprécier les limites. - Être propre, soigné et protéger ses téguments : Capacité d'une personne à se laver, à maintenir son niveau d'hygiène, à prendre soin d'elle, à ressentir un bienêtre, à se sentir belle. Capacité à se percevoir au travers du regard d'autrui. - Éviter les dangers : Capacité d'une personne à maintenir et promouvoir son intégrité physique et mentale, en connaissance des dangers potentiels de son environnement.

- Communiquer : Capacité d'une personne à être comprise et comprendre grâce à l'attitude, la parole, ou un code. Capacité à s'insérer dans un groupe social, à vivre pleinement ses relations affectives et sa sexualité. - Agir selon ses croyances et ses valeurs : Capacité d'une personne à connaître et promouvoir ses propres principes, croyances et valeurs. - S'occuper en vue de se réaliser: Capacité d'une personne à avoir des activités ludiques ou créatrices, des loisirs, à les impliquer dans sa réalisation de soi. Capacité d' estime de soi. Capacité d'avoir un rôle social. - Se récréer (se divertir) : Capacité d'une personne à se détendre, se cultiver. Capacité de s'investir dans une activité qui ne se centre pas sur une problématique personnelle et d'en éprouver une satisfaction personnelle. - Apprendre : Capacité d'une personne à apprendre d'autrui ou d'un événement et d'être en mesure d'évoluer. Capacité de s'adapter à un changement, de pouvoir transmettre un savoir.

En étudiant les réactions des praticiennes face aux personnes dans ces situations, Virginia Henderson a mis en exergue leur rôle d'aidant, complétant le rôle de substitut du soignant proposé par Hildegard Peplau. Aujourd'hui, ce modèle sert de support de travail pour poser les diagnostics infirmiers.

La pyramide des besoins de Maslow

accomplissement personnel estime de soi estime des autres amour, appartenance sécurité physiologique

La pyramide des besoins schématise une théorie élaborée à partir des

observations réalisées dans les années 1940 par le psychologue Abraham Maslow sur la motivation. La pyramide est constituée de cinq niveaux. Selon Maslow, nous recherchons à satisfaire chaque besoin d'un niveau donné avant de penser aux besoins situés au niveau immédiatement supérieur de la pyramide.

Les Besoins physiologiques

Sont les besoins liés au maintien de l'homéostasie : c'est à dire la régulation des grands équilibres biologiques nécessaires au maintien d'un état de santé physique. Indispensables à la survie de la personne, ils sont impérieux (respirer, boire, faire ses besoins, manger, dormir, se réchauffer, faire l'amour) et peuvent l'emporter sur la conscience s'ils ne sont pas satisfaits.

Le besoin de Sécurité

C'est l'aspiration de chacun d'entre nous à être assuré du lendemain physiquement comme moralement. (Besoin d'un abri, sécurité matérielle des revenus et des ressources, sécurité physique, sécurité morale et psychologique, la stabilité familiale ou, du moins, une certaine sécurité affective, la sécurité sociale...).

La Reconnaissance et l'appartenance sociale

Il s'agit de la recherche de communication et d'expression, d'appartenance à un groupe. Ce besoin d'intégration dans le lien social va de pair avec le besoin de reconnaissance et de considération. Le besoin d'amour doit pouvoir être pris en considération. Il passe par l'identité propre (nom, prénom), le besoin d'aimer et d'être aimé, d'avoir des relations intimes avec un conjoint (former un couple), d'avoir des amis, de faire partie intégrante d'un groupe cohésif, de se sentir accepté. Ce besoin se manifeste par le comportement parfois agressif ou grégaire de l'être humain.

L'estime

L'homme a besoin d'être respecté, de se respecter soi-même et de respecter les autres. Il a besoin de s'occuper pour être reconnu, d'avoir une activité valorisante qu'elle soit dans le domaine du travail, ou dans celui des loisirs. Il s'agit en particulier, du besoin de se réaliser, de se valoriser (à ses propres yeux et aux yeux des autres) à travers une occupation. Le besoin de faire des projets, d'avoir des objectifs, des opinions, des convictions, de pouvoir exprimer ses idées font partie de l'estime de soi.

L'autoréalisation

Besoin de poursuivre certains apprentissages avec l'implication du goût de l'effort, de connaître de nouvelles techniques et d'avoir des activités purement désintéressées. Besoin de communiquer avec son entourage et de participer, fûtce modestement, à l'amélioration du monde. Besoin de se prouver à soi-même, de se dépasser.

Défauts et limites du modèle

La pyramide de Maslow possède de nombreuses limites qui ont conduit à sa réfutation pratiquement totale. Abraham Maslow s'est basée sur une population occidentale et instruite pour asseoir sa théorie. Dans d'autres types de sociétés, ce modèle peut ne pas être valide. En outre, le fondement du modèle de Maslow est la hiérarchisation des besoins. Or l'individu cherche parfois à satisfaire des besoins d'ordre supérieur même lorsque ceux de la base de la hiérarchie demeurent insatisfaits. Par ailleurs, et de même que dans tous les modèles par couches, le passage à des couches supérieures remet en question la stabilité des couches de base. Par exemple, le besoin d'estime peut amener à négliger le besoin de sécurité au cours d'activités téméraires mais socialement valorisées (défis et records divers)

En sociologie on parle de :

- Besoin primaire ou besoin vital, physiologique. Ceci quelle que soit la société étudiée, - Besoin secondaire ou besoin social. Il est impossible de se passer de ces

besoins pour avoir une vie normale en société. Ex : se laver, posséder une adresse, porter des vêtements en bon état, savoir lire, etc.... - Besoin tertiaire ou besoin personnel. Il sert à se sentir bien, à être en bonne santé mentale ou simplement de bonne humeur. Donc : avoir des passe-temps...

Épicure classait quant à lui les besoins et aspirations en quatre catégories : -Besoins naturels indispensables à la vie (boire, manger, dormir), au bien être (maison, hygiène, diététique, affection), et au bonheur (philosophie, amitié, sagesse) -Aspirations naturelles dont on peut à la rigueur se passer (le sexe, l'amour, jeux, arts, sciences, etc.) -Aspirations de création humaine et donc artificielles (richesse, gloire, etc.) -Aspirations mystiques et non réalisables (désirs d'immortalité, etc.)

En France

Issu du décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 Code de la Santé Publique (CSP), le rôle propre de l'infirmier est précisé aux articles R 4311-1 à R 4311-5 : Article R.4311-3 : « Relèvent du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière. les - Soins et procédés visant à assurer l'hygiène de la personne et de son environnement ; - Surveillance de l'hygiène et de l'équilibre alimentaire - Dépistage et évaluation des risques de maltraitance - Aide à la prise des médicaments présentés sous forme non injectable - Vérification de leur prise - Surveillance de leurs effets et éducation du patient - Administration de l'alimentation par sonde gastrique, sous réserve des dispositions prévues à l'article R. 4311-7 et changement de sonde d'alimentation gastrique - Soins et surveillance de patients en assistance nutritive entérale ou parentérale

- Surveillance de l'élimination intestinale et urinaire et changement de sondes vésicales - Soins et surveillance des patients sous dialyse rénale ou péritonéale - Soins et surveillance des patients placés en milieu stérile - Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap - Préparation et surveillance du repos et du sommeil - Lever du patient et aide à la marche ne faisant pas appel aux techniques de rééducation - Aspirations des sécrétions d'un patient qu'il soit ou non intubé ou trachéotomisé - Ventilation manuelle instrumentale par masque - Utilisation d'un défibrillateur semi-automatique et surveillance de la personne placée sous cet appareil - Administration en aérosols de produits non médicamenteux

- Recueil des observations de toute nature susceptibles de concourir à la connaissance de l'état de santé de la personne et appréciation des principaux paramètres servant à sa surveillance : température, pulsations, pression artérielle, rythme respiratoire, volume de la diurèse, poids, mensurations, réflexes pupillaires, réflexes de défense cutanée, observations des manifestations de l'état de conscience, évaluation de la douleur Réalisation, surveillance et renouvellement des pansements non médicamenteux - Réalisation et surveillance des pansements et des bandages autres que ceux mentionnés à l'article R. 4311-7 -Prévention et soins d'escarres - Prévention non médicamenteuse des thromboses veineuses - Soins et surveillance d'ulcères cutanés chroniques - Toilette périnéale - Préparation du patient en vue d'une intervention, notamment soins cutanés préopératoires - Recherche des signes de complications pouvant survenir chez un patient porteur d'un dispositif d'immobilisation ou de contention

- Soins de bouche avec application de produits non médicamenteux - Irrigation de l'oeil et instillation de collyres - Participation à la réalisation des tests à la sueur et recueil des sécrétions lacrymales - Surveillance de scarifications, injections et perfusions mentionnées aux articles R. 4311-7 et R. 4311-9 - Surveillance de patients ayant fait l'objet de ponction à visée diagnostique ou thérapeutique - Pose de timbres tuberculiniques et lecture - Détection de parasitoses externes et soins aux personnes atteintes de celles-ci - Surveillance des fonctions vitales et maintien de ces fonctions par des moyens non invasifs et n'impliquant pas le recours à des médicaments - Surveillance des cathéters, sondes et drains - Participation à la réalisation d'explorations fonctionnelles, à l'exception de celles mentionnées à l'article R. 4311-10, et pratique d'examens non vulnérants de dépistage de troubles sensoriels - Participation à la procédure de désinfection et de stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables - Recueil des données biologiques obtenues par des techniques à lecture instantanée suivantes : .Urines : glycosurie acétonurie, protéinurie, recherche de sang, potentiels en ions hydrogène, pH Sang : glycémie, acétonémie - Entretien d'accueil privilégiant l'écoute de la personne avec orientation si nécessaire - Aide et soutien psychologique - Observation et surveillance des troubles du comportement. Dans le domaine de la santé mentale, outre les actes et soins mentionnés à l'article R. 4311-6, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes et soins suivants : - Entretien d'accueil du patient et de son entourage - Activités à visée sociothérapeutique individuelle ou de groupe - Surveillance des personnes en chambre d'isolement - Surveillance et évaluation des engagements thérapeutiques qui associent le

médecin, l'infirmier ou l'infirmière et le patient.

La notion de rôle propre renvoie à la notion de compétence même de l'infirmier.

articles 4311-3 à 4311-5 du CSP. Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier a l'obligation, après avoir évalué les besoins du malade et posé un diagnostic infirmier, de prendre l'initiative de ces soins, d'en organiser la mise en oeuvre, d'encadrer et de contrôler les aides-soignants et auxiliaires de puériculture dont ils peuvent solliciter la collaboration après s'être assurés de leur compétence du fait de leur formation. - Donc l'infirmier a compétence pour poser un diagnostic infirmier - Il a l'initiative des soins relevant de son rôle propre - Il gère les soins - Il gère le dossier de soins infirmier Nous devons différentier : -Les actes relevant du rôle propre de l'infirmier, -Les soins dispensés sur prescription médicale -Les soins exercés en présence d'un médecin prescripteur

-Le diagnostic infirmier est «l' énoncé d'un jugement clinique sur les réactions aux problèmes de santé présents et potentiels, aux processus de vie d'une personne, d'une famille ou d'une collectivité. Ils servent de base pour choisir les interventions de soins visant l'atteinte de résultats dont l'infirmier est responsable » définition inscrite dans la réglementation française. À la différence du diagnostic médical, dont le but est un examen clinique de la personne afin de poser un diagnostic médical, et de décrire la pathologie en vue d'une prescription médicale, la démarche du diagnostic infirmier elle, vise à s'intéresser avant tout au patient et notamment à son comportement quant aux symptômes et la maladie. Le diagnostic s'attache à la personne contrairement au diagnostic médical.Il permet de lister les besoins du malade. - Initiative des soins : son diagnostic posé, l'infirmier doit prodiguer des soins infirmiers relevant de son rôle propre : « ...Dans ce cadre, l'infirmier a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaire conformément aux dispositions de l'article 5 ... » Article R 4311- 3CSP). À la différence des soins sur prescriptions médicales où l'infirmier prodigue ses soins conformément à la prescription, dans le cadre de son rôle propre, il lui appartient après évaluation des besoins du patient de prendre les dispositions qui s'imposent.

Ex : la prévention et les soins des escarres relèvent du rôle propre infirmier. Si faute de prévention, des complications surviennent et que la preuve peut être faite qu'aucun soin préventif n'a été mise en oeuvre par l'infirmier, il y a alors une négligence du professionnel de santé qui constitue une faute professionnelle en raison d'un défaut de soins. Dans l'absolu, il devra en répondre devant les plus hautes instances et verra sa responsabilité pénale et/ ou disciplinaire engagée . Ainsi, il a été jugé que " le licenciement d'un IDE est légitime dès lors qu'on peut considérer comme faute professionnelle, [...] le défaut de retournement d'un paraplégique même si cette tâche n'est pas précisée dans le cahier de consigne, mais relevait de sa responsabilité " (Cour d'Appel de Rouen, Chambre sociale, 15 avril 1993). L'infirmier ne peut soutenir qu'il ne l'a pas fait au motif que le médecin ne l'avait pas précisé. En effet, il s'agit d'un geste qui relève de son rôle propre, il a l'initiative de gérer en dehors de toutes les consignes du médecin.

-La surveillance des soins article R 4311-5 prévoit une liste de situations où la surveillance relève du rôle propre de l'infirmier. C'est un examen attentif du patient afin de déceler tout signe potentiellement révélateur d'une anomalie de son état de santé. L'observation peut porter sur l'état de conscience du patient, son comportement, son évolution et tous signes cliniques. L'intérêt de cette surveillance est de déceler toute anomalie afin de mettre en oeuvre les actions appropriées dans l'intérêt du patient. En cas d'aggravation, l'infirmier informe le médecin pour qu'il prenne les mesures appropriées. exemple de cas de dommage résultant d'un défaut de surveillance des soins: la nécrose due à l'écoulement hors de la veine d'un liquide caustique par défaut de surveillance de la perfusion. -Définition du dossier de soins infirmiers Le dossier de soins infirmiers est défini comme « un document unique et individualisé regroupant l'ensemble des informations concernant la personne soignée. Il prend en compte l'aspect préventif, curatif, éducatif et relationnel du soin » ( Journal de médecine légale ). La réalisation du dossier de soins relève du rôle propre de l'infirmier conformément aux dispositions de l'article R 4311-3 CSP : « Il est chargé de la conception, de l'utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers. » - Intérêt du dossier de soins infirmiers C `est un outil précieux , il permet : - De donner des soins adaptés aux besoins du patient et d'assurer la continuité des soins

- De répondre aux questions questions des médecins - De disposer pour tous les acteurs de soins, d'informations écrites, complètes, fiables. Il constitue un document de référence synthétisant toutes les données en soins infirmiers durant toute l'hospitalisation d'un patient. Il permet, par une gestion rigoureuse, d'assurer une coordination des soins favorisant ainsi l'efficacité et la qualité des soins. Sur le plan juridique, il constitue une preuve des soins apportés. Les personnes intervenant auprès du malade doivent faire figurer clairement leurs observations, et les gestes pratiqués.

Pour les experts et magistrats, Il permet de reconstituer la chronologie des soins, et de la prise en charge du patient. Le dossier de soins infirmier n'est pas un ennemi, bien au contraire. Une gestion rigoureuse du dossier de soins infirmier est

un début de preuve d'une prise en charge organisée et respectueuse des règles de la profession.

- Son Contenu Il doit comporter les documents suivants : - La fiche d'identification du patient : situe le patient dans son environnement familial et social.. - La fiche de connaissance du patient sur le plan médical, relationnel et physique. Elle permet d'établir un bilan infirmier complet.. - La fiche processus de soins qui décrit les actions des infirmiers relevant du rôle propre de l'infirmier. Elle permet aussi d'évaluer l'efficacité du traitement.. - La fiche d'ordonnances médicales : cette fiche fait partie intégrante du dossier médical, mais elle est inclus dans le dossier de soins du patient durant son hospitalisation afin de permettre à l'infirmier d'assurer l'exécution des soins.. - La fiche d'observations de l'équipe soignante : elle retrace l'ensemble des informations relatives aux soins donnés au patient. Le ministère de la Santé a publié un rapport relatif aux «soins infirmiers : normes de qualité » années 2000, puis 2001 qui mentionne: - L'infirmier dispose pour chaque patient soigné d'un dossier de soins infirmiers, partie intégrante du dossier du patient . - L'infirmier dispose d'un guide d'utilisation du dossier de soins infirmier. - Le service de soins est organisé de façon à garantir la protection de l'accès aux

informations contenues dans le dossier de soins infirmiers. L'infirmier après chaque intervention - Note, date et signe les résultats des soins infirmiers prodigués à la personne soignée (Il est recommandé d'inscrire en toute lettre les nom et prénom du soignant sur le dossier, ainsi que les jour et heure de la retranscription). - Note, date et signe ses observations sur l'évolution de l'état de la personne soignée et toutes informations recueillies pouvant être utiles pour sa prise en charge globale. ..... Le rapport concluait sur ces consignes : Les notes des infirmiers sont

concises, précises et objectives La traçabilité des actions des infirmiers est fiable Le contenu du dossier de soins infirmiers est conforme au guide d'utilisation. La pratique Libérale

Dans une démarche de Soins Infirmiers écrite, l'infirmier(ère) consigne son observation de la situation du patient et de son environnement, de ses capacités d'autonomie et l'analyse de ses besoins.

En fonction de ce bilan, il ou elle propose des objectifs de soins et planifie les actions nécessaires. L'infirmier(ère) soumet sa prescription au médecin traitant dans un imprimé, appelé "le résumé", qui reprend : - L'exposé des problèmes - Les objectifs à atteindre - Les actions de soins. Le nombre d'interventions, la fréquence des séances ainsi que la durée de la prescription sont précisés. Cet imprimé tient lieu d'entente préalable. Pour une première démarche de soins infirmiers, le médecin n'a pas besoin de signer le document. Il dispose néanmoins d'un délai de 72 heures pour formuler ses éventuelles observations. À partir de la deuxième démarche de soins pour un même patient, le résumé doit être cette fois signé par l'infirmière et le médecin avant d'être envoyé au service médical de la caisse. Une Démarche de Soins Infirmiers est prescrite pour une durée maximale de 3 mois. Au-delà, le médecin peut établir une nouvelle prescription de Démarche de Soins Infirmiers (jusqu'à 5 par an pour un patient).

La tarification : La réalisation par l'infirmier(ère) de la DSI est un acte coté avec la lettre clé DI et rémunéré par un forfait de : 15 euros pour la démarche initiale (DI 1,5) 10 euros pour les suivantes (DI 1) . Il peut être fait application des majorations de nuit, de dimanche et des frais de déplacement.

La DSI et les soins infirmiers sont pris en charge par l'Assurance maladie à hauteur de: 60 % pour le taux de remboursement réglementaire 100 % si l'assuré est exonéré du ticket modérateur, par exemple au titre d'une affection de longue durée.

Attention : la prise en charge par l'Assurance maladie est limitée par patient à 5 DSI par an, y compris la première.

Le contenu de la démarche de soins infirmiers

La DSI ne concerne que les actes de soins infirmiers (cotés en AIS) ; l'infirmière utilise un guide pratique sur lequel elle établit la situation du patient et propose une prescription comportant les actes suivants :

Séances de soins infirmiers (AIS 3) par séance d'une demi-heure, à raison de quatre au maximum par 24 heures. La séance de soins infirmiers comprend l'ensemble des actions de soins liées aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie, visant à protéger, maintenir, restaurer ou compenser les capacités d'autonomie de la personne. Ces séances ne peuvent être prescrites pour une durée supérieure à trois mois. Leur renouvellement nécessite la prescription et l'élaboration d'une nouvelle démarche de soins infirmiers. Séances destinées à l'élaboration d'un programme d'aide personnalisée (AIS 3,1) Le programme d'aide personnalisée a pour but d'insérer ou de maintenir le patient dans son cadre de vie, pendant lequel l'infirmier l'aide à accomplir les actes quotidiens de la vie, éduque son entourage ou organise le relais avec les travailleurs sociaux, par séance d'une demi-heure, à raison de quatre au maximum par 24 heures. Pendant la première année d'application de la DSI, ces séances ne peuvent être prescrites pour une durée supérieure à trois mois. Cette durée sera progressivement réduite dans les années futures. Le formulaire de la DSI doit mentionner la fréquence de ces séances et leur répartition par jour, en précisant si elles se dérouleront les dimanches et les jours fériés.

Séances de surveillance clinique et de prévention (cotées AIS 4) L'infirmier peut aussi, dans le cadre de la DSI, consacrer des visites à la surveillance clinique de son patient. Ces séances permettent de faire le point régulier, jusqu'à une fois par semaine, sur l'état général de la personne dépendante (tension, humeur, progrès dans la mobilité...) et prévenir les risques de dégradation. Ces séances comportent: le contrôle des principaux paramètres servant à la prévention et à la surveillance de l'état de santé du patient, la vérification de l'observance du traitement et de sa planification, le contrôle des conditions de confort et de sécurité du patient, le contrôle de l'adaptation du programme éventuel d'aide personnalisée, la tenue de la fiche de surveillance et la transmission des informations au médecin traitant, la tenue de la fiche de liaison et la transmission des informations à l'entourage ou à la tierce personne qui s'y substitue. Les séances ne peuvent être cotées qu'une fois par semaine et ne peuvent être prescrites pour une durée

supérieure à trois mois. Elles peuvent faire suite à des séances de soins infirmiers ou à la mise en place d'un programme d'aide personnalisé. Leur renouvellement nécessite la prescription et l'élaboration d'une nouvelle démarche de soins infirmiers.

Cf : : www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/s

Sources : Code de la Santé Publique, Wikipédia, santé meuse, Infirmier. com

Information

le_role_propre_infirmier

18 pages

Find more like this

Report File (DMCA)

Our content is added by our users. We aim to remove reported files within 1 working day. Please use this link to notify us:

Report this file as copyright or inappropriate

258135